Tu crois à l’âme sœur ?

Moi oui.

Je n’y ai pas toujours cru mais au fond de moi je sais que j’ai toujours rêvé de vivre une belle et grande histoire d’amour. Et aujourd’hui j’y crois.

Parce qu’aujourd’hui j’ai la chance de la vivre cette belle et grande histoire d’amour avec un homme. La première fois que je l’ai rencontré, il n’était pas là. J’ai juste rencontré son nom. Il était écrit sur un compte-rendu de réunion. C’était mon premier jour à mon nouveau travail. Je commençais un BTS Aménagements Paysagers en alternance et je rentrais pour 2 ans dans le service espace verts d’une collectivité territoriale. Le chef me dit : « tiens viens assister à la réunion avec les jardiniers, on va te présenter. » On me donne le compte-rendu de la réunion de la semaine d’avant, je vois les noms des présents et un nom en particulier retient mon attention. Je le regarde, je le relis, et je me dis que cette personne a la chance d’avoir un nom qui sonne bien et qu’il a l’air d’être vachement sympa. Rien qu’en lisant son nom je me dis que je vais être son amie. J’apprends qu’il n’est pas là aujourd’hui. Je ressens alors une pointe de déception. Puis comme une confiance s’installe et une petite voix me dis : « t’inquiète pas, t’as deux ans pour faire sa connaissance ». Aujourd’hui, sept ans et demi après, on est marié et on a un enfant.

Pourquoi je parle d’âme sœur ?

J’ai la sensation au plus profond de moi, qu’avec mon mari, nous nous connaissons bien au-delà de cette vie. Car l’amour que nous partageons, nous ne pouvons pas le comprendre avec notre cerveau d’humain, ni mettre des mots dessus pour vraiment l’expliquer, bien que c’est ce que je sois en train d’essayer de faire. La confiance mutuelle que nous avons l’un en l’autre nous dépasse complètement. C’est avec ce que je vis aujourd’hui que je peux enfin comprendre le terme « transcendance ».

Je peux me voir en dehors de cette vie déjà en présence de mon mari, dans une dimension inconnue, en train de préparer en confiance notre arrivée dans cette vie sur Terre. Lui il m’a dessinée, il a dessiné mon corps, il a placé un grain de beauté sur mon visage. Et moi j’ai dessiné le sien, son visage avec ses taches de rousseur d’été, et ses mains. On a aussi choisi nos profils Méta® en fonction des expériences qu’on voulait vivre.

Mais l’expression d’ « âme sœur » est déviée par l’égo, on s’en fait des idées fausses et surtout figées

Je suis consciente de prendre un risque en écrivant cet article. Parce que je ne sais pas de quoi demain est fait. Et une partie de moi m’alerte et me dit que tout pourrait s’arrêter demain. Une autre lui répond : « Demain, non je ne crois pas non, tu exagères un peu tout de même ». Alors la première répond : « Bon ok, dans quelques années alors… » Oui en effet, je reste consciente que tout pourrait s’arrêter à un moment donné. Mais est-ce que ça rendrait ce que nous avons vécu et partagé moins beau et moins réel ? Bah non. Ce serait quand même là, tel que c’est.

L’égo se fait une montagne de ce que c’est que d’être âmes sœur : on est obligé de s’aimer jusqu’à la fin de nos jours et surtout on ne s’engueule jamais. Notre vie ressemble à un clip tout rose où tout est calculé, rien ne dépasse, et notre histoire est aussi lisse et parfaite que la peau d’une nectarine élue saveur de l’année par un panel de consommateurs. Tout ça est évidemment faux, mais se comparer à ces concepts figés, qui n’existent pas dans la réalité, ça utilise de l’énergie qui n’est pas disponible pour autre chose, comme de vivre sa vie par exemple.

Alors qu’en fait être âmes sœur pour moi aujourd’hui, ça se vit simplement dans l’extrême simplicité. La simplicité d’un regard, d’un sourire, d’une caresse. La simplicité d’un reproche, d’une émotion de colère, de tristesse, et surtout de la confiance présente au-delà qui nous permet d’accepter qu’elles existent chez l’autre sans douter, ni remettre en cause ce que l’on vit.

Ça je le vois bien aujourd’hui, mais ça n’a pas toujours été le cas. Non, mon égo s’est bien chargé de mettre de la confusion dans les idées que j’avais sur mon couple, malgré cette « transcendance » que je savais présente.

Alors, mon égo là-dedans ?

Mon couple est une grande force et une grande ressource pour moi.

Mais bien évidemment que des fois je me prends la tête sur des sujets qui touchent à moi dans mon couple, à ma relation avec mon mari, à ses propres choix que je m’efforce de respecter même si je ne suis pas d’accord. Mais ces prises de tête, c’est mon égo qui les crée. Quand il ne sait plus quel levier utiliser, il utilise celui de mon couple pour me déstabiliser dans le but que je reste dans une situation confortable, parce que c’est son job et qu’il le fait à merveille.

Voilà la logique de mon égo, que j’ai comprise après maintes observations de schémas répétitifs dans ma vie : si mon couple est en crise (crise que j’ai – lire en fait : mon égo – a engendrée), je ne vais pas être en état de publier mes nouvelles offres, ou de penser à l’organisation de mes stages ou à me faire coacher… je serai trop occupée à résoudre une situation que j’ai créée et je ne serai pas disponible pour vraiment avancer dans ma vie. Et ça c’est précisément l’objectif de mon égo. Me maintenir dans un statut quo pour ne pas que je prenne de risque. Et il a très bien réussi à le faire pendant plusieurs années !

Petit rappel sur ce qu’est l’égo

Oui parce que j’en parle. Mais qu’est-ce que c’est ? En quelques mots : l’égo est comme une armure invisible que l’on s’est construite pour se protéger lors de nos premières années de vie. Il utilise beaucoup de notre énergie pour nous préserver de toute souffrance physique ou physiologique. Son job c’est de nous maintenir en vie, et il le fait tout le temps et de manière inconsciente. Si on veut récupérer du pouvoir sur notre vie, on est obligé de récupérer la main sur nos mécanismes inconscients mis en place par l’égo. Ça demande une vraie décision pour le faire et un engagement sur la durée. Mais au bout on récupère du pouvoir conscient pour créer sa vie. Et ça, c’est quand même vachement bien.

Pourquoi je fais cet article ?

Parce que l’humain est beaucoup plus beau et grand qu’on ne le pense. Ce que je vis avec mon mari a une dimension plus élevée que celle qu’on pourrait attendre d’un humain. Et en vivant ça, je suis persuadée au plus profond de moi que cette dimension beaucoup plus grande que ce que l’on est capable de s’imaginer existe. Pour chacun d’entre nous. Et je ne parle pas forcément de rencontrer son âme sœur. Ça c’est un choix personnel de ce que j’ai envie de vivre. On peut reconnecter cette dimension plus grande pour faire ce qu’on veut. Et on peut choisir consciemment d’aller la chercher pour faire que sa vie soit beaucoup plus kiffante.

Ce qui est le plus étonnant dans tout ça, c’est que cette dimension élevée, on va la chercher par le bas. Pas par le haut. C’est parce qu’on autorise l’énergie à entrer par le bas dans notre corps qu’elle peut ensuite circuler aussi à l’intérieur en venant du haut. Mais chercher en haut sans avoir travaillé le bas, et bah on peut chercher longtemps.

Instant promo

Si toi aussi tu veux découvrir ton profil Méta® pour savoir ce que tu as décidé de t’offrir comme bagage avant de t’incarner dans cette vie, il reste quelques places au stage que j’anime à Paris avec mon amie/collègue Elsa, les 15&16 juin prochain. Pour les infos et inscriptions, c’est par ici.

Ça faisait un petit moment que j’avais envie de parler du sujet de l’âme sœur parce qu’il me tient à cœur. Mais là c’était l’occasion car avec mon mari nous avons publié une vidéo ensemble mardi dernier dans laquelle on parle de lui et la Méta ®, et on a envie de continuer à faire des vidéos ensemble pour parler de sujets de couple, de manière régulière. Si tu n’as pas encore vu notre vidéo de mardi et que tu as envie de nous voir raconter des conneries autour du sujet super sérieux de la Méta : elle est ici !

Tu ne veux pas louper l’arrivée de mes prises de conscience toutes les semaines dans ta boîte aux lettres virtuelle ? Inscris-toi dès maintenant en cliquant ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.