L'Automne correspond à un Rayonnement.

Qu’est-ce qui est trop beau pour toi ?

La semaine dernière, j’animais une session de formation Pro avec Flora Douville, la créatrice de la Méta®. Cette formation permet aux personnes qui la suivent de s’approprier complètement la méthode, d’intégrer pleinement son propre profil et de capter celui des autres, ce qui permet d’avoir des infos précieuses sur leur personnalité et leurs talents. Je l’ai moi-même suivie en 2018.

Découvrir une partie de soi

Une personne de la formation, de Rayonnement Eté, nous racontais comment ça s’est passé quand elle a découvert son Rayonnement.

Le Rayonnement, c’est la lumière subtile émise par ta peau, tes yeux, tes cheveux. Il y a quatre Rayonnements, chacun porte le nom d’une saison. Et chacun apporte une couleur différente dans l’éclairage de la personnalité : à chaque Rayonnement correspond des motivations profondes.

L’élève de la formation racontait qu’au départ, elle ne pensait pas pouvoir être Eté car c’était trop beau pour elle.

Moi aussi je suis de Rayonnement Eté. Et son histoire m’a ramené à la mienne. Car il s’avère que c’est exactement ce qu’il s’est passé pour moi. « Je ne peux pas être Eté, c’est trop bien pour moi. »

1er Warning : Il n’y a pas de Rayonnement mieux que l’autre, il n’y a pas d’élément mieux qu’un autre. Chacun a ce qui le rend unique et beau. Dans mon cas, je sentais bien que l’Eté correspondait à mes aspirations, mais m’autoriser à le reconnaître chez moi et à le vivre pleinement, c’est ça qui était trop beau pour moi.

Ce qui s’est passé pour moi

Je me suis crue Automne pendant quelques mois. C’est un autre Rayonnement qui n’a pas les mêmes motivations profondes que le mien. Sauf que me croire Automne ça me permettait d’être bien sûre de me protéger de moi-même, de ne pas découvrir ce que je suis, et encore moins d’avoir une chance de l’exprimer et de vivre à partir de mes aspirations plutôt qu’à partir de celles des autres.

Quand j’ai découvert mon Rayonnement, j’ai tout de suite pensé « Mais c’est trop beau pour moi ça ».

Si je regarde de plus près, c’est pas le Rayonnement qui est trop beau. Par contre le Rayonnement me fait utiliser ce mot-là, parce que les personnes Etés sont très sensibles à l’harmonie et à la beauté.

Alors qu’est-ce qui est trop beau derrière tout ça ? C’est pas le Rayonnement en lui-même. C’est de ne pas vivre avec le poids de la culpabilité de ne pas être assez bien. C’est de reconnaître son fonctionnement naturel et lui permettre d’exister. C’est de reconnaître qu’on a tous quelque chose de différent à apporter dans ce monde et qu’on est complémentaires.

Vivre à partir de mes propres aspirations ? Ça change TOUT. J’aurais continué à penser que j’étais Automne, j’aurais vécu une vie qui n’était pas la mienne.

Pourquoi ?

Parce qu’on n’est pas fait à la base pour tout faire. On arrive sur Terre avec un bagage qu’on a soigneusement préparé à l’avance.

Si une fois sur Terre t’as besoin d’un marteau alors que t’avais pris une cisaille, le job pour lequel il faut un marteau va être compliqué pour toi. Si tu veux quand même le faire et le faire bien, il va te demander de bien t’adapter et d’y passer beaucoup de temps, si tu veux le faire avec une cisaille.

Alors que tu peux très bien choisir de laisser ce job à la personne qui est vraiment venue avec un marteau, elle. Ça sera fait beaucoup plus facilement et plus rapidement : de l’énergie économisée.

Et la vraie question derrière tout ça c’est : qu’est-ce qui fait que tu t’es retrouvé dans une situation où tu avais besoin d’un marteau alors qu’en fait t’es venu avec une cisaille, hein ? C’est là qu’il faut regarder aussi.

J’ai remis ça cet été

Ce truc de « je peux pas être ça, c’est trop beau pour moi », ça me l’a refait cet été. Cette fois, ça s’est même accompagné de « mais allons, mais, c’est trop simple ?! »

J’ai fait un test de personnalité, le test Talents, orienté professionnel et place dans l’entreprise, parce que j’ai intégré l’équipe rapprochée de Flora, et qu’elle a à cœur que chacun travaille dans sa zone de talent (au passage je glisse un peu de mon admiration : waouh, c’est vraiment une pionnière dans plein de domaines !)

Je ne m’attendais pas du tout au résultat que j’ai eu. Parce qu’il ne correspondait pas du tout à ce que j’avais l’habitude de faire professionnellement, dans les entreprises dans lesquelles j’ai travaillé. Et pourtant, en lisant le descriptif du test, de ma personnalité professionnelle, c’était bien moi et mes fonctionnements qui étaient décrits.

Encore une fois cette réaction de surprise : « Mais ça c’est trop beau pour moi ! Ce serait pas trop simple ??? Sérieux je pourrais être payée pour faire ça ?» Alors qu’en fait, j’en crève d’envie au fond de moi. Alors ok, je reconnais l’évidence. Allez, une dernière petite résistance devant la vérité : « Mais moi je suis faite pour faire des trucs chiants, non ? »

2ème Warning, ces trucs sont en fait chiants pour moi parce que je ne me situe pas dans ma zone de talent. Or, ils peuvent être passionnants pour ceux qui les font et dont ils correspondent parfaitement à leur zone de talent. Tu vois la nuance ???

J’expérimente en ce moment

Tout comme fonctionner en Automne me demandait trop d’énergie car ça me demandait de créer tout un fonctionnement qui n’est pas naturel, et donc d’utiliser de l’énergie pour ça, au lieu de la laisser circuler naturellement et spontanément pour faire des trucs nourrissant pour moi, travailler dans ma zone de talents est aussi beaucoup plus naturel.

Tout le reste m’épuise assez rapidement et je sens bien que je force et que lorsque ça dure trop longtemps, ça me vide. Et là je prends du recul et je me demande combien de personnes sur Terre fonctionnent à l’encontre de leur propre énergie ? Ça m’éclaire encore plus sur l’état de la planète.

J’expérimente cette différence en ce moment car je suis dans une période de transition professionnelle avec deux activités complètement opposées. Une qui utilise mes anciens schémas et qui n’est pas naturelle pour moi, et une qui correspond beaucoup plus à ce pour quoi je suis faite naturellement.

Je n’aurais pas eu cette période de transition, je n’aurais pas pu sentir cette différence de demande énergétique entre deux activités opposées pour moi. J’en apprends beaucoup sur moi-même et sur mes fonctionnements naturels et mes aspirations en ce moment. Et ça c’est trop kiffant.

En tant qu’humain, on peut avoir ces mécanismes qui nous font fonctionner à l’inverse de ce que l’on est. Car montrer ce que l’on est c’est montrer sa vulnérabilité et ça c’est dangereux pour la survie. Si tu veux découvrir ton profil Méta® pour découvrir qui tu es derrière tes mécanismes de survie et quelles sont tes aspirations profondes, il reste 2 places au stage que j’anime à Paris le 30 novembre et 1er décembre. Toutes les infos sont par ici.

Et toi, qu’est-ce qui est trop beau pour toi ?

Pour recevoir mes articles toutes les semaines dans ta boîte aux lettres virtuelle, clique ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.