Quels ont été les bénéfices à me percher ?

J’adore cet article, et je n’y mâche pas mes mots. Ah qu’est-ce que c’est bon d’écrire des trucs aussi jouissifs !

C’est quoi le « perchage » ?

Le perchage, c’est quand on choisit de fuir notre humanité en allant se réfugier vers le haut, dans le monde de la vérité, de l’abstraction, des concepts. J’imagine qu’on fait ça en quête d’amour inconditionnel. De besoin de retour à la source. Mais je dis peut-être des conneries. En tout cas si tu as envie de le faire, c’est très bien. Mais si jamais tu penses que c’est ça la solution pour vivre pleinement ta vie, c’est là que tu te trompes.

Je vais te donner quelques exemples concrets :

  • Avant de me percher, je mettais ma responsabilité dans les mains des autres. En me perchant, j’ai mis ma responsabilité dans les mains du grand tout, ou encore de la vie, ou encore de l’univers.
  • Avant de me percher, je laissais les autres choisir pour moi. En me perchant, j’ai laissé la vie choisir pour moi. Se percher c’est croire que l’univers sait mieux ce qui est bon pour toi que toi-même.
  • Avant de me percher, je ne comprenais pas pourquoi le monde était aussi déséquilibré et injuste. En me perchant, j’ai vu le côté magnifique, je me suis émerveillée devant la beauté de la nature  – tout est merveilleux et tout le monde s’aime.

Tu vas me dire, bah c’est génial tout ça, quel est le problème ? Je vais te le dire.

[NB : Je m’émerveille toujours devant la beauté de la nature ou de l’humain. Mais c’est la conséquence de mon état intérieur, et non la cause. Je ne force pas l’émerveillement pour tenter de ressentir un soupçon de quelque chose d’agréable. Et la limite est fine entre les deux états.]

Quels sont les bénéfices à chercher la spiritualité là où elle n’est pas ?

Parce que oui, pour moi la spiritualité existe réellement, mais c’est autre chose que le perchage. C’est la quête de spiritualité sur une base humaine trop peu solide qui amène au perchage. Je sens que plus d’un lecteur va se dire à ce moment donné du texte : « ah mais c’est bon, moi je suis pas perché alors. Ma base humaine est saine, chez moi c’est de la vraie spiritualité. » Sache que si cette phrase a résonné dans ta tête, à quelques mots près, il y a de fortes chances pour que ce soit ton égo qui ait parlé. J’explique ce que c’est un peu plus bas. Keep on reading !

J’en viens aux bénéfices

Je reconnais, je me suis perchée à un moment donné de ma vie. J’ai voulu me couper de mon humanité, me réfugier vers le haut pour trouver des solutions là où elles ne sont qu’en apparence.

J’ai voulu fuir l’intensité car elle fait peur et on ne sait pas comment la gérer. On n’est pas né avec le mode d’emploi et on ne nous l’a pas appris. Fuir l’intensité de mes émotions négatives, mais positives aussi. Tout faire pour ne pas les ressentir.

Les bénéfices illustrés :

Arrêter la souffrance (en apparence), et repousser la dépression grâce à la pensée positive et à la gratitude.

Gommer un peu l’absurdité de ce monde (en apparence), lui trouver des explications mentales qui justifient ce qui se passe.

« Bah oui, si le petit Raoul se fait tabasser par son père, c’est parce qu’il s’est incarné pour faire l’expérience de la violence, c’est lui qu’il l’a voulu c’est juste qu’à notre niveau on ne peut pas comprendre. »

Il y a une explication rationnelle à des faits inacceptables alors ce n’est plus souffrant et totalement injuste.

« Tout est parfait de toutes façons, il n’y a pas de hasard. Ça doit être son karma. Bah oui en plus si ça se trouve dans une ancienne vie il était étrangleur de boulangères. Alors il a que ce qu’il mérite finalement » (oh my god, mais plus judéo-chrétien que ça tu meurs…)

C’était une béquille qui m’a été nécessaire pour continuer à avancer dans ma vie. Non en fait avancer n’est pas le mot approprié. Ça m’a été nécessaire pour continuer à ne pas reculer. Me percher était une protection. C’est mon égo qui s’est engouffré dans la brèche de la « spiritualité » parce qu’il y a vu un truc super pour me protéger de l’intensité et de la souffrance psychologique. Parce que c’est son job et qu’il le fait super bien.

J’ai eu plein de bénéfices à me percher, mais ça n’a absolument pas résolu mes problèmes pour autant. Ca a donné plus de sens à ma vie mais seulement en apparence (comme tout le reste). Ca a lissé la surface de ma vie. Mais en dessous c’était toujours le bordel ! Et les mêmes problèmes revenaient toujours de manière cyclique.

Pourquoi l’égo adore la spiritualité ?

Ah mais this is a fucking good question my dear! L’égo adore tout ce qui nous protège de nous-même et de notre puissance. Avec la spiritualité il est royalement servi parce que c’est l’électroencéphalogramme plat de l’intensité ! Il y a pas de risque d’aller rebrancher ton animalité parce qu’il faut justement se couper de tout ce qui pourrait faire des vagues : la colère, la tristesse, même la peur.

Bah oui la peur, j’ai plus peur de mourir parce que tout est parfait. Si je meurs c’est ce que l’univers a prévu pour moi. J’ai plus peur de me faire voler ma voiture parce qu’avec la loi d’attraction, il y a que ceux qui ont peur de se faire voler leur voiture qui se font voler leur voiture. J’ai plus peur de mon voisin chelou parce que tout est amour et que lui aussi il ne peut être qu’amour, son air chelou c’est juste une coïncidence. Et ne le pense pas trop fort on pourrait croire que t’es en train de le juger. Et ça c’est anti-spirituel.

Je choisis de ne voir que le positif partout, et d’ailleurs quand y en a pas je l’invente (comme avec l’histoire de Raoul).

Parce qu’avec le positif, je suis à l’abri de la colère, de la peur et de la tristesse. La seule petite intensité que je m’octroie pour pas me faire croire que ma vie est devenue quasi inexistante, c’est la gratitude.

Où sont les désirs dans tout ça ?

J’ai pas de désir, parce que si quelque chose doit m’arriver il m’arrivera. « Si ça se fait c’est que ça doit se faire. Si ça se fait pas c’est que ça devait pas se faire. » Ça c’est une excuse pour pas assumer de dire et de faire ce que l’on veut. Parce que dire et faire ce que l’on veut, c’est prendre le risque que quelqu’un nous dise « C’est nul ! Qui voudrait faire ça franchement ? ». Et là bam ! Dose d’intensité : honte, tristesse, colère… trop dangereux d’aller par là, non, non, non, continue à rien désirer et les moutons seront bien gardés.

Et pour être bien sûr de se protéger de toute déception, surtout pas d’attente, hein. Alors que putain, c’est beau une déception ! Une déception c’est le signe qu’il y avait un désir, une envie, que c’était VIVANT à l’intérieur !

Mais le job de ton égo c’est pas que tu sois vivant à l’intérieur. C’est que tu continues à survivre pour maintenir l’espèce. Donc tant qu’il n’aura pas la preuve totale que tu es capable de vivre l’intensité de ta vie, il t’en protégera. Mais il te protégera de ta vie aussi, ça va avec.

Qu’est-ce que tu choisis ?

Animalité, puissance : truc dont tu t’es coupé en arrivant parce que ça dérangeait ton entourage. Et c’est justement ton égo qui t’as permis de faire ça pour que tes parents continuent de t’aimer et de te protéger jusqu’à ce que tu sois capable de te débrouiller tout seul.

Sauf que trouver sa puissance, ça passe par rebrancher son animalité. Accepter de vivre sa colère, de se laisser traverser par la tristesse, de vivre avec la peur, d’être un vrai humain quoi. Pas une marionnette de ses mécanismes de survie.

Le jeu à l’arrivée en vaut vraiment la chandelle, parce que c’est toi-même à l’arrivée que tu vas trouver. Et la vie que tu veux vivre. Ça te dit ou quoi ?

Petit cadeau

J’ai écrit un petit guide dont le titre est : Pourquoi tu ne trouves pas ce que tu cherches dans la spiritualité ? Il est un peu cash et peut-être maladroit par moment, mais il creuse ce sujet que j’aborde aujourd’hui. Donc si ça t’intéresse, inscris-toi à ma newsletter et tu recevras un lien pour le télécharger. Il a le mérite d’exister donc je le laisse pour le moment mais je ne sais pas encore pour combien de temps. Comme je n’en suis pas totalement satisfaite, il y a des chances pour qu’il soit bientôt remplacé par autre chose de différent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.