Je range ma vie

Quand j’ai envie de passer à une autre activité, je range mon plan de travail, mon bureau, ma table ou même ma pièce…

En ce moment je fais pareil avec ma vie, je la range. J’ai envie de passer à une nouvelle vie. Une nouvelle activité pro, une nouvelle manière de voir les choses, d’appréhender la vie et de lui faire confiance, de me faire confiance. Un nouveau paradigme, carrément, je lâche le mot.  Alors je suis en train de ranger ma vie. Physiquement et donc énergétiquement.

Je me débarrasse de tous les objets, que je traine depuis des années, que je garde « au cas où ». Ça va du bijou, en passant par la paire de chaussure, la robe… jusqu’aux meubles : lit, tables…  stockés quelque part, que je gardais, toujours « au cas où », ne sachant pas de quoi demain sera fait. J’avais aussi du mal à me séparer d’objets pour lesquels j’avais de l’attachement et qui correspondaient à tout un pan de ma vie.

J’ai vraiment l’image de tous ces objets ancrés dans la matière, et de tous ces liens invisibles mais néanmoins réels qu’il y a entre moi et eux. Forcément, ces liens me retiennent en arrière. Je pourrais être la Doris libre que je veux être, malgré tous ces liens. Mais quelle énergie ça me demanderait alors de déployer, d’avancer avec tous ces liens qui me tirent en arrière, comme autant de lests d’une Montgolfière qu’on veut maintenir à terre, comme autant d’ancres d’un bateau qu’on veut maintenir au port. Essayez de monter une côte avec un vélo chargé et un sac à dos énorme. Essayez ensuite avec un vélo super léger, sans sac ni rien. Dans le premier cas, ça demande un effort énorme, voire insurmontable. Vous serez sûrement obligés de descendre du vélo et de le pousser. Dans le deuxième cas, ça demande un effort, mais vous pourrez y arriver sans trop de dommages.

Donc toutes ces choses que je gardais « au cas où », je les vois aujourd’hui comme de véritables freins énergétiques. Ces objets, faits de matière, avec tous les souvenirs qui leurs sont associés, toutes ces versions de moi que je ne suis plus, ils me retiennent en arrière. Tant que je ne coupe pas le lien avec eux, ils me raccrochent à la version de moi du passé. J’ai besoin de couper tous ces liens. De donner libre cours à cette nouvelle version de moi qui veut sortir, libérée de tous ses lests.

Je me déleste donc. Physiquement mais aussi énergétiquement. Car tous ces objets sont de l’énergie. Une énergie qui ne ressemble plus à la mienne. Mais ils sont toujours mes objets. Alors mon énergie, la nouvelle, celle qui a envie d’être pleinement, ne peut pas pleinement voir le jour.

Je m’allège. Je le sens. Ça me fait du bien

Je bouillonne à l’intérieur de commencer ma nouvelle vie. Même si j’ai commencé par bribes, cet article en est d’ailleurs le fruit, je ne peux pas encore m’y consacrer à 100%, je n’ai pas les conditions pour. Ce n’est qu’une question de semaines. Les choses sont mises en place, maintenant il faut patienter. Instinctivement je sens que j’ai besoin de ce temps comme d’une préparation. Comme un sportif qui se prépare à jouer un grand match. Ou un acteur qui se prépare à tourner un film. Il a sûrement un petit rituel physique et psychique. Moi c’est pareil. Je me prépare physiquement et psychologiquement à jouer dans le film de ma nouvelle vie. Alors je range l’ancienne.

Je me débarrasse aussi, par la même occasion, d’anciennes habitudes. D’anciens schémas mentaux aussi. Des mécanismes rassurants car connus mais que je n’ai pas envie d’emmener avec moi à l’autre bout du monde, ou même de l’univers. Je ne cherche pas à le faire, ça se fait tout seul. Je n’ai pas besoin de faire d’exercice particulier sur 21 jours ou de calculer quoique ce soit. Je me reconnecte simplement (oui c’est facile à dire je sais) à ce qui m’anime, ce qui me fait vibrer, ce qui me porte. A la vision de ce que j’ai envie de vivre de plus fort. Je n’exige pas moins. Le processus est lancé. Je ne sais pas où je vais ni ce qui va se passer mais je sais aujourd’hui que je ne pourrai pas revenir en arrière.

En attendant, si tu ne t’es pas encore inscrite à ma newsletter, tu peux le faire : tu reçois mes articles directement quand ils sortent et en plus je t’offre mon guide gratuit pour savoir pourquoi t’émerveiller 5 secondes par jour peut radicalement changer ta vie : clique ici !

—- Pour en savoir plus sur l’auteur de cette article, c’est à dire moi : c’est par là 🙂 —-

Ou si tu veux savoir quelle sera ma nouvelle activité pro, un indice se cache par-là

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.