J’ai accompagné des pionniers !

Et je n’en suis pas peu fière…

Le week-end dernier, j’animais un stage de 2 jours avec la Méta®, cette méthode de ouf qui permet de se reconnecter avec qui on est vraiment, quand notre « qui je suis vraiment » est bien enfoui sous toutes les couches mises en place par nous-mêmes en réaction à la famille, la société, les copains, et tous ceux qu’on côtoie de près ou de loin en grandissant.

Et pour la première fois, j’ai eu des clients masculins. Et une majorité en plus. Sur les 4 participants, 3 hommes.

D’abord je me suis questionnée : est-ce que je vais savoir accompagner des hommes ?

Petit retour en arrière

Jusqu’à présent, mes expériences professionnelles m’ont fait baigner dans des milieux plutôt masculins : j’étais ingénieure, puis jardinier. Les hommes étaient majoritaires, voire parfois j’étais la seule femme. A cette époque, ça me convenait bien ces milieux d’hommes. J’étais refroidie par les expériences à l’école, au collège ou au lycée, où les filles étaient méchantes entre elles. Comme si il y avait un concours qu’il fallait à tout prix gagner en rabaissant les autres.

Puis en découvrant la Méta®, j’ai retrouvé un univers féminin. J’ai connu la Méta® avec d’autres femmes aussi fan que moi de cette méthode, j’ai été formée par des femmes avec d’autres femmes. Ça m’a fait du bien de me retrouver entourée par des femmes ayant chacune cette volonté profonde de grandir pour elle-même tout en étant attentive à ses consœurs. J’ai été nourrie et je me suis réconciliée avec les groupes de femmes. J’ai fait partie d’un groupe de femmes bienveillant pour de vrai. Pas cette bienveillance vide de sens à la mode et prônée à toutes les sauces. Une vraie bienveillance du cœur. On veille les unes sur les autres.

Cette réconciliation avec les femmes dans la vraie vie a été la partie visible de ma réconciliation invisible avec la femme en moi. Cette période m’a permis de me réconcilier avec le fait d’être une femme. J’aime être une femme aujourd’hui. Ça ne me viendrait plus à l’idée de préférer être un homme.

Être une femme ou être un homme, c’est quoi cette question ?

Finalement, le vrai truc derrière cette question homme/femme, c’est que nous les femmes, on grandit avec dans nos cellules cette information comme quoi être une femme c’est nul et c’est vraiment pas de chance. ça fait plusieurs millénaires qu’être une femme c’est pas cool, voilà le genre de choses qu’on a pu vivre : on nous choisit pour donner une descendance, on a pas notre mot à dire sur quoique ce soit, notre corps est un défouloir à pulsions, l’homme a le pouvoir de vie ou de mort sur nous, avoir un pouvoir de décision sur les trucs basiques du quotidien c’est déjà chaud donc décider de ce qu’on veut faire de notre vie n’en parlons même pas. J’en passe et des meilleures comme disent les anciens.

Donc même si aujourd’hui c’est quand même vachement mieux et vachement moins risqué d’être une femme, en tout cas en occident (il y a eu des pionnières et je les en remercie), tous ces trucs ça laisse des traces.

Les traces inconscientes qui restent chez nous aujourd’hui :

  • Une femme qui veut sortir indemne de sa vie : elle ne fait pas de vague et elle fait tout pour faire plaisir aux autres et tout faire bien et comme il faut. C’est l’archétype de la Sainte.
  • Une femme qui veut un minimum avoir ce qu’elle veut dans la vie parce qu’elle a compris qu’en incarnant la Sainte sa vie serait chiante à mourir : elle obtient ce qu’elle veut en manipulant, en prenant le pouvoir sur l’autre, parce que faut quand même pas trop que ça se voie qu’elle est capable de décider pour elle-même, ça pourrait faire désordre. C’est l’archétype de la Pute.

On a un vrai job à faire de reconnexion avec nous-même pour sortir de ces schémas dont on a hérité et qu’on utilise malgré nous pour vivre notre vie.

Et les hommes dans tout ça ?

Je fais une petite généralité pour introduire ce que j’ai envie de dire par la suite et parler des hommes : être victime ou être bourreau, dans les deux cas ça détruit.

Je sais que je risque de faire hurler en écrivant ça. « Quoi ? Comment tu oses minimiser les dégâts causés aux femmes qui sont victimes des hommes ? »

Je minimise rien du tout. Être victime laisse des séquelles, être bourreau laisse des séquelles. Ça se fait pas au même niveau c’est tout.

Les hommes aussi ont besoin de se réconcilier avec eux-mêmes.

Toute comme les femmes peuvent se couper d’une partie d’elles-mêmes pour survivre, de peur d’être trop faibles, trop manipulables, trop vulnérables, les hommes peuvent se couper d’une partie d’eux-mêmes, de peur de faire du mal aux femmes, ou aux autres de manière plus générale. Parce qu’être bourreau ça laisse des traces aussi.

Les hommes aussi ont besoin de reconnecter une partie d’eux-mêmes. Et la Méta® les aide pour ça, tout comme elle nous aide, nous les femmes, qui sommes de plus en plus nombreuses à être fan de cette méthode.

Pourquoi ça m’a autant touché d’accompagner des hommes ?

Le week-end dernier, des hommes m’ont fait confiance pour que je les aide à reconnaître leurs fonctionnements naturels pour ensuite transformer des choses qui leur tiennent à cœur dans leur vie.

Leurs objectifs en participant à un stage Méta® avec moi :  ils voulaient mieux se connaitre pour, entre autres : que leur couple fonctionne bien ou mieux, qu’ils gèrent au mieux leurs relations professionnelles, qu’ils adaptent leur activité professionnelle à ce qu’ils aiment le plus et à ce qu’ils font le mieux, qu’ils arrêtent de vouloir être quelqu’un d’autre et qu’ils aiment leur propre manière d’être, de fonctionner et d’interagir avec les autres.

Pourquoi ce sont des pionniers à mes yeux ? Déjà parce qu’il y a très peu d’hommes qui se font accompagner avec la Méta®. Bien que cette méthode soit aussi percutante pour eux. Et aussi parce que je connais moins d’hommes que de femmes qui ont une exigence de développement personnel et qui osent des temps de recul pour se faire accompagner et remettre les schémas établis en question.

J’étais vraiment touchée d’être présente à ça, et de permettre cette transformation. Comme à chaque stage, je me sens privilégiée d’accéder à tant de beauté chez l’autre, mais là encore plus, car c’était nouveau pour moi d’être témoin de cette reconnaissance chez les hommes. Et ça c’était hyper touchant.

La beauté, c’est quand il y a de l’harmonie entre l’intérieur et l’extérieur. Et reconnaître des parties de soi, c’est mettre en cohérence l’intérieur et l’extérieur. Ça créé de l’harmonie et c’est beau.

C’est ça qui m’a touché. Que ce soit des hommes ou des femmes, chacun a besoin de se reconnecter avec qui il est, de faire la paix avec lui-même, d’accepter sa vulnérabilité comme ses forces.

Pourquoi le féminisme est dépassé ?

Je ne crois pas au féminisme. Ce n’est pas en se battant pour être l’égale de l’homme que la femme le sera. En tout cas ce n’est plus le cas aujourd’hui. Je sais que c’est complètement paradoxal de dire ça car ces droits que nous avons aujourd’hui, des femmes se sont sans doute battues pour les faire valoir. Mais aujourd’hui le féminisme est dépassé. Aujourd’hui ce n’est plus le même monde. La vie est en constante évolution, les choses ne se font plus de la même façon. Rester dans le féminisme par loyauté envers ces femmes qui se sont battues pour leurs droits, ce n’est pas nous rendre service et ce n’est pas non plus leur rendre hommage, car pour continuer ce qu’elles ont commencé, il faut s’adapter et évoluer. Et maintenant, c’est vers soi qu’il faut regarder. Ce n’est plus le moment de blâmer l’autre pour ses manquements ou ses offenses. C’est le moment de regarder en soi, là où tu te manques à toi-même et où tu t’offenses tout(e) seul(e). Que tu sois une femme ou un homme. Il n’y a que comme ça qu’on fera avancer l’humanité.

Toi aussi tu veux faire ta part ?

Il reste des places aux stages de Tours (24&25 août) et de Nantes (7&8 septembre).

J’attire ton attention : mon tarif de lancement de 350€ pour les deux jours est toujours valable pour ces deux week-ends. Le prix va ensuite augmenter significativement pour être cohérent avec le potentiel de transformation que permet un stage Méta® et avec tout ce que je mets en œuvre pour être une coach en constante progression. En bref, la valeur apportée dans ta vie par un stage Méta®, c’est beaucoup plus que 350€. Donc si tu veux profiter de ce tarif exceptionnel, c’est le moment ! Envoie-moi un mail à contact@dorisallard.com pour toute demande de renseignements ou d’inscription.

See ya !

Un petit moulin à vent.

Qu’est-ce que j’ai fait ces 5 derniers mois ?

Si tu suis ma newsletter depuis plus longtemps que janvier dernier, ça fait un moment que je n’ai pas envoyé d’article ni de nouvelles. Qu’est-ce qui s’est passé pour moi ces 5 derniers mois ? Pas mal de choses en vérité !

Déjà l’hiver est passé par là…

L’hiver, la saison de l’année où la nature meurt en surface, pour mieux renaître au printemps. Elle se débarrasse du superflu et se transforme en profondeur. Si tu suis un peu ce que c’est que la Méta®, la méthode trop géniale créée par Flora Douville auprès de qui je me suis formée, dans notre langage on associe l’Hiver à l’élément du Feu, qui est un élément de transformation. En hiver on retourne à l’essentiel, on enlève le superflu, on se met en mode économie d’énergie à l’extérieur alors qu’à l’intérieur ça brasse et ça nettoie. Oui, cet hiver j’ai eu besoin d’hiberner. J’ai fait le point sur ce que j’étais prête à laisser derrière moi et sur ce que j’avais envie de garder pour l’année suivante. Et j’ai fait le point sur ce qui était vraiment important pour moi. Quelles sont mes priorités pour 2019 ? Quelle orientation je veux donner à ma vie ?

J’ai compris que ce qui était le plus important pour moi en ce moment, c’était d’avoir enfin une maison à moi pour me sentir chez moi. Avoir un foyer pour ma famille. Et pour ça, j’ai dû regarder la vérité en face et reprendre une activité salariée, pour qu’une banque me fasse confiance et me prête de l’argent. Le projet est en cours, on croise les doigts !

Un stage Live Mentor

Les 8 & 9 mars j’étais à Paris pendant 2 jours chez Live Mentor avec 40 autres entrepreneurs. Alex Dana tu le connais ? Non ? Si jamais un jour tu as envie d’entreprendre, garde son nom dans un coin de ta tête parce que c’est vraiment quelqu’un qu’on gagne à connaître. Il a créé Live Mentor et accompagne des créateurs d’entreprise vers le succès. C’est un passionné de projets et une encyclopédie vivante. En 30 secondes il a capté ton projet et il peut te donner ta vision sur 200 ans… j’exagère à peine. Il sait ce qui marche pour tous les modèles d’activité, que tu sois artiste,  que tu aies un site e-commerce, une activité de massages ou que tu crées ton produit de zéro. Qu’est-ce que j’ai appris pendant ces 2 jours ? Déjà passer 2 jours avec 40 autres personnes qui ont déjà / sont en train de monter leur boîte, c’est génial. Parce qu’on ne se croise pas à tous les coins de rue. Et pour être entrepreneur, il faut en avoir envie dans les tripes parce que sinon t’arrêtes au bout de 6 mois. Alors se créer un réseau pour se suivre et s’encourager, c’est juste priceless. Ensuite, je suis repartie de ces 2 jours avec une vision claire de ma feuille de route pour les 3 prochains mois. Quand on commence son activité, la tendance à s’éparpiller est énorme. Avec Alex Dana, c’est focus sur les 20% d’actions qui t’apportent 80% de résultats. Merci Alex et Estelle et tous les autres participants !

Une formation de coaching

C’était à la fois la décision la plus facile et la plus difficile à prendre de cette fin de l’année dernière. C’était évident pour moi que je voulais faire cette formation de coaching à la LKB shcool. Mais c’était un vrai investissement et je ne savais pas comment j’allais la financer. Et j’ai réussi à trouver ! Depuis février je me forme auprès de Lynne Burney, 2 jours par mois pendant 7 mois, avec 11 autres personnes. Et ça me plait tellement ! Je me suis découvert un véritable désir de coacher, ça complète parfaitement mon activité d’accompagnante Méta®. Avec mes nouvelles compétences de coach, j’ai une nouvelle approche de mon métier d’accompagnante Méta® qui me permet d’apporter encore plus de transformation à mes clientes. Et ça je kiffe grave. Je vais bientôt lancer mes offres de coaching en complément de mon offre de stage pour découvrir son profil Méta®. D’ailleurs ça j’en parle juste en dessous. Nous sommes un super groupe de 12 coachs apprentis et on s’entraine en se coachant entre nous. Le résultat pour moi : je me suis rarement sentie plus à ma place que lorsque je coache. C’est nouveau pour moi et super bon de ressentir ça !

Un premier stage Méta® en Bretagne

Fin avril, j’ai animé mon premier stage Méta® en Bretagne chez Emilie et Joseph que j’avais rencontré au stage Live Mentor. (Quand je te disais plus haut que c’est cool de se créer un réseau d’entrepreneurs…) J’ai accompagné 4 femmes pendant 2 jours pour qu’elles découvrent et/ou valident leur profil Méta®. J’ai adoré la dynamique de groupe et leur permettre d’expérimenter ensemble sur 2 jours. C’est le format que j’ai choisi d’expérimenter pour le moment pour accompagner mes clientes avec la Méta® et cette grande première a été un succès ! Je valide le format stage. J’en ai 3 autres de planifiés dont 2 sont déjà complets. Il reste des places les 15 et 16 juin à Paris. Ce stage de deux jours je l’anime avec Elsa, mon amie et collègue elle aussi formée à la Méta® par Flora. Si ça t’intéresse d’en savoir plus sur mes stages, c’est par ici.

Un stage feu sacré

Mais c’est quoi le feu sacré ? Tout de suite les grands mots chargés de sens. Pas besoin de s’imaginer des trucs de ouf car le feu sacré c’est super simple. Ton feu sacré c’est ta base. C’est ta voie directe vers ce que tu es. Vers ton kiff d’être simplement toi. Quand t’as rebranché ton feu sacré, fini les excuses, les planques et les mécanismes pourris qui tournent en boucle et t’empêchent de vivre la vie que tu veux vivre. T’as une clarté de ouf sur qui tu es, ce que tu veux et comment tu fais pour y arriver. Et qui c’est qui t’accompagne pour y arriver ? Nicolas Gétin et Pierre Mézières, si t’as envie que ta vie devienne intéressante et que t’as pas peur de regarder la réalité en face, je ne saurai que te conseiller d’aller voir ce que font ces deux-là… Mais ça c’est tellement la base que je vais forcément en reparler dans le futur !

Tu l’auras compris, I am Back et plus déterminée que jamais à faire ce qui me plait et ce pour quoi je me sens à ma place. J’ai pris mon temps ces cinq derniers mois pour réfléchir à ce qui était vraiment important pour moi et sécuriser mes revenus. Parce que se lancer comme ça du jour au lendemain c’est comme un saut dans le vide. Ce n’est pas ce que j’ai fait mais c’est comme ça que je l’ai vécu. Et le mode survie sur la durée ça ne marche pas longtemps. Alors prendre ces quelques mois pour moi était nécessaire. J’ai pris du recul pour faire le point sur ce qui me tenait vraiment à cœur et trouver comment j’avais envie de le faire.

Petit bilan

L’achat d’une maison en cours, une activité qui démarre bien, un réseau qui se construit, des compétences de coach qui s’affinent, des belles rencontres et un kiff d’être soi reconnecté, ça valait le coup de passer l’hiver au chaud 😉

Mais ça y est, l’hiver est passé, je reprends l’écriture et la vidéo, alors si ça t’intéresse et que tu ne veux pas louper l’arrivée de mes prises de conscience dans ta boîte aux lettres virtuelle, tu peux t’inscrire par ici !

Comment trouver ta tenue de super-héroïne ?

Avant, j’étais nulle en vêtements…

Avant de connaître la Méta, je m’habillais par défaut le matin, avec les vêtements que je trouvais le moins pourris possible. J’essayais de faire le meilleur compromis confort / « « élégance » » (tu auras remarqué les doubles guillemets…) Tout en sachant que c’était par défaut. Et ça, ça me dépitais. Je me trouvais toujours mal fagotée, avec des vêtements trop classiques. Je ne savais pas les harmoniser, alors je prenais des trucs passe-partout qui ne me feraient pas trop passer pour une fashion nullasse. Mais j’avais bien conscience d’en être une, à mon plus grand regret…

La solution était plus simple que je ne le croyais

Oui, en fait c’est super simple ! C’est juste qu’en fonction de l’architecture du corps, les vêtements ne s’associent pas de la même façon. En gros, je peux copier ma voisine ou le cintre, hum pardon le top-model dont tout le monde parle, seulement si elles ont le même profil Méta que moi ! Sinon j’oublie, car j’aurai l’air beaucoup moins classe qu’elles dans leurs vêtements. Et ce ne sera pas ma faute ! C’est pas mon corps qui est moins bien. C’est cette tenue qui n’est pas faite pour moi ! Et là je n’ai parlé que de la forme des vêtements. Car il y a aussi les couleurs et les matières qui entrent en compte.

Ton corps apprend pour toi

Ce qu’il y a de génial avec la Méta, c’est que c’est une énergie qui s’intègre. C’est comme si tu téléchargeais un nouveau logiciel dans ton ordinateur, qui est ici en fait ta personne faite de ton corps + ton cerveau. Ta personne intègre ces nouvelles données et est capable de les réutiliser.

Après, tu es capable de faire les magasins TOUTE SEULE, tu n’as pas besoin que Cristina te suive à chaque fois pour te dire que ce que tu as choisi ça fait mémère ! Tu l’intègres par toi-même : c’est l’empowerement !!!! Youhou !!!!

Fini le shopping frustrant

Avant, mes expériences dans les magasins ressemblaient à ça : je me pointais à la cabine avec 10 cintres (au risque de me faire refouler par la vendeuse dans certains magasins qui limitent le nombre d’article : bonjour la frustration supplémentaire !) Et c’était l’enchainade de trucs qui ne m’allaient pas. Mais bordel, c’est quoi le truc avec moi ? C’est quoi le problème avec mon corps ? Pourquoi j’ai l’air grosse et moche avec tous ces trucs ? Comment elles font les autres pour s’habiller ?

J’ai maintenant LA réponse : je n’essayais pas les bons vêtements ! Maintenant grâce à mon œil de lynx affuté : je repère direct ce qui va m’aller ou non. Et bingo, ça fonctionne !!!!

Et les must-have ?

Parfois, j’ai quand même eu envie d’essayer une petite robe qui n’était pas dans mon profil, c’est-à-dire qu’elle ne correspondait pas à l’énergie de mon corps. Bah oui, avant j’avais l’habitude de craquer sur des vêtements pas faits pour moi, comme des « must-have » par exemple, vous savez la petite robe noire, ou la nude à volants qui fait Baby Doll ?

J’ai continué à essayer dans les magasins. Mais juste un peu, juste pour voir, juste pour « sentir ».

Résultat : je n’ai pas tergiversé. Je ne me suis même pas dit « Non là clairement je vois bien que ça ne va pas, mais peut-être qu’un jour elle m’ira ? Hein ? Quand je ferai 7 kg de moins et que mes jambes auront poussé de 10cm ! »

Non, c’est la robe qui n’est pas adaptée pour moi, et pas moi qui ne suis pas adaptée à la robe.

Quand la vendeuse s’en mêle

Sauf que la vendeuse, ça, elle ne va pas te le dire, que cette robe n’est pas adaptée pour toi et que ce n’est pas toi qui n’est pas adaptée à la robe. Elle, elle va juste te dire avec le meilleur sourire du monde : « ça vous va vachement bien mademoiselle 😀 ».

AVANT : je me persuadais qu’elle avait raison. Et j’achetais la robe pour lui donner raison et me laisser espérer…

MAINTENANT je me dis :

  • soit elle n’y connait absolument rien en terme d’harmonie vestimentaire (c’est pas sa faute, elle connait pas la Méta, la pauvre, en même temps si elle connaissait la Méta elle ne pourrait plus faire son job comme ça…)
  • soit elle veut absolument que je l’achète !

Bah en fait je crois que c’est les deux !!!! (Je ne sais pas si je dois rire ou pleurer là…)

Qu’est-ce que ça a changé concrètement pour moi ?

Putain les thunes que j’économise maintenant en n’achetant pas de vêtements qui ne me vont pas !!! Pfiou…

Avant j’adorais faire du shopping. Mais 2 fois sur 3, je ressortais méga frustrée. Soit avec rien, soit avec des trucs qui ne m’allaient qu’à moitié. Et que je finirais par ne jamais mettre au final.

Maintenant j’adore toujours, même encore plus, parce que je sais que je vais pouvoir privilégier la qualité. Et que ces vêtements je vais kiffer de ouf les porter. Et que je vais me sentir bien dedans et me trouver belle et féminine. OUAIS ! DE OUF MÊME !

Je n’achète pas beaucoup à chaque fois, mais au moins je suis sûre de moi. Et plus ça va, plus j’aime mes vêtements !

Et toi tu en es où avec tes vêtements ?

Et toi, tu écoutes la vendeuse quand tu fais du shopping ? Tu sens que c’est le vêtement qui n’est pas adapté pour toi quand ça ne va pas ?

Tu peux me partager ton expérience dans les commentaires !

Tu as envie que ça change ?

J’aurai le plaisir d’accompagner 4 personnes les 23 et 24 février à Paris pour qu’elles découvrent les couleurs, les matières et les formes de vêtements qui leur vont, pour enfin commencer à aimer leurs vêtements, leur corps, leur reflet dans le miroir. Ça te dit d’en être ?

>>>>>>> Toutes les infos sont ici !

Si ça t’intéresse, ne tarde pas trop à t’inscrire car il n’y a que 4 places !

Si tu ne veux pas passer à côté de mes prochains articles, inscris-toi à ma newsletter en cliquant sur ce lien.

Photo sur VisualHunt.com

Reconnecte tes envies profondes pour changer la face du monde

Cette semaine, j’ai décidé de te parler en vidéo. J’ai envie de faire passer mon message directement sans y aller par 4 chemins.

Ma flamme à moi, t’aider à te reconnecter à la tienne. Pourquoi ? Pour qu’on change le monde. Et pas qu’on fasse semblant. On a assez perdu de temps.

Ma vidéo fait suite à mon article de la semaine dernière. Tu peux le relire en cliquant dessus :

La vie commence par l’envie

Tu as envie de te reconnecter à ta flamme. Je peux t’aider à le faire. Ça commence par aller regarder à l’intérieur de toi, reconnaître toutes tes parties, te débarrasser de ce qui ne t’appartient pas et reconnecter l’ensemble de ce qui est toi. Et enfin t’aimer. Et t’autoriser à vivre la vie dont tu rêves. La Métamorphose a ce super pouvoir.

Regarde mes offres en cliquant ici.

Si ça te parle grave et que tu as envie de prendre ta vie en main, envoie-moi un mail à contact@dorisallard.com qu’on commence enfin !

J’ai déjà tout ce qu’il faut pour vivre des (putains de) super expériences

Ce matin, je me réveille tranquillement. Cette semaine je suis à Nantes en Formation pro pour la Métamorphose avec Flora Douville. C’est la 4ème semaine. Nous sommes tout un groupe de super filles. Que dis-je, des femmes magnifiques. J’ai pris conscience cette semaine de la beauté, de l’unicité et de l’importance de chacune parmi le groupe.

Aujourd’hui, c’est le dernier jour où nous serons toutes ensemble. Forcément, ça fait réfléchir. Et surtout ça fait ressentir. Je ressens de la tristesse et une profonde gratitude pour tous ces moments et ces émotions vécus et partagés : de la joie, beaucoup de fun mais aussi de la colère, de la tristesse. Bref la vie quoi.

Un truc me frappe. J’ai vécu des moments formidablement intenses qui m’ont permis de grandir comme jamais car j’ai compris beaucoup de choses sur moi et sur mon fonctionnement. Et je suis toujours là à me dire « oui mais si j’avais plus d’argent, je pourrais faire ceci et cela en plus. Et si je pouvais faire ça ma vie serait quand même vachement plus géniale. »

Mais carrément pas. Ma vie est déjà géniale. Et j’ai déjà les moyens de faire tout ce que je fais puisque je le fais. Et là ce matin dans mon lit, en attendant de me lever pour cette dernière journée, en ressentant un mélange de tristesse et de joie intense à avoir vécu tous ces moments super intenses, super vivants, avec toutes ces magnifiques femmes, je suis scotchée de me dire que je n’ai pas pris conscience de cette évidence là avant. J’AI TOUT CE QU’IL FAUT POUR VIVRE DES PUTAINS DE SUPERS EXPÉRIENCES.

Ce n’est pas le fait d’avoir plus d’argent, une voiture plus grosse, un appart’ qui ressemble à un modèle IKEA ou encore d’être partie en vacances au Brésil qui m’ont permis de faire tout ça.

C’est juste la reconnexion avec mes désirs profonds.

Quoi, c’est tout ????

Oui. C’est tout. Des envies très fortes que j’ai écoutées. Des envies qui ne se situaient pas au niveau de la tête. Car je ne savais pas vraiment pourquoi je voulais le faire. Je devinais juste que c’en était vital. Si je passais à côté de ça…

Non non non, en fait je n’envisageais même pas le fait de pouvoir passer à côté de la réalisation de cette envie. C’est tout. Alors je l’ai fait. Même si ça me paraissait complètement déraisonnable.

Et bah tu sais quoi ? Mettre en adéquation mes actes avec mes envies profondes (et moins profondes d’ailleurs, quoique…), ça a donné une telle densité à ma vie, que je comprends mieux pourquoi je suis ici sur cette Terre. Je perçois la puissance de la force de vie, ma propre puissance quant à la possibilité de créer ma vie. J’écoute mes désirs profonds. Et ceux-là, ils sont justement là parce que je suis prête à les vivre et j’ai tout ce qu’il faut pour le faire.

Alors si tu veux juste ne pas faire de vagues et ne rien ressentir à l’intérieur, alors ne commence même pas à faire ce que tu kiffes. Continue ta petite non vie. Par contre, si tu as envie de te sentir vivant, écoute ton désir. Et la vie se charge du reste.

Allez, inscris-toi à ma newsletter, après tout, c’est le premier jour du reste de ta Vie !

Tu veux savoir ce que c’est la Métamorphose ? J’ai écris des choses à ce sujet par ici

La magie de la Métamorphose

Imagine que tu portes tes vêtements comme une seconde peau. Ils affirment au monde qui tu es. Ils te donnent confiance en toi. Tes vêtements c’est toi. Leur matière est en parfaite adéquation avec ta peau. Leur forme souligne l’architecture de ton corps. Et leur couleur, elle te porte merveilleusement bien. Tu te vois dans le miroir comme tu ne t’es jamais vue. Toi. C’est toi.

Tu ne pensais pas que tes vêtements pourraient avoir ce super pouvoir ? C’est que tu n’as jamais entendu parler de Flora Douville.

Flora est une magicienne. Elle a mis en lumière une méthode très puissante qu’elle a appelée la Métamorphose. Cela fait 10 ans qu’elle continue, réajuste, améliore ses observations et ses perceptions pour peaufiner sa méthode.

Elle ne l’a pas inventée de toutes pièces. Elle a simplement, grâce à ses super pouvoirs d’observation et de perception, mis le doigt sur des lois naturelles qui parlent du corps, comment il s’exprime, comment il bouge, comment il est structuré, comment il rayonne… Elle ne s’est pas contentée de mettre le doigt, elle est allée défricher, creuser et mettre en lumière ce trésor de découverte. Car ces particularités de notre corps, cette énergie qui lui est propre, en disent beaucoup sur nos fonctionnements mentaux, émotionnels, relationnels et sur ce qui nous donne profondément envie d’avancer dans la vie.

C’est la magie de la Métamorphose : non seulement tu peux porter les vêtements qui sont en parfaite adéquation avec ton corps car tu as appris à les reconnaître, ces vêtements qui sont faits de la même énergie que toi, qui te permettent d’être pleinement toi-même, de te montrer au monde tel que tu es, de te mettre en valeur, de te sentir confiante, mise en beauté et en lumière. Mais en plus, tu as découvert tes fonctionnements naturels et tu les reconnais comme des forces.

Je me forme auprès d’elle depuis avril 2018. Je suis tombée raide fan de la Métamorphose dès que j’en ai entendu parler, quelques mois auparavant. C’est une passion que j’ai envie de faire découvrir autour de moi. La Méta (c’est son petit nom chez les intimes) m’a tellement apporté. La liste est longue :

  • J’ai compris une chose cruciale. Ce n’est pas mon corps qui n’est pas adapté pour certains vêtements, dans lesquels je me sens tassée, trop grosse, moche, et j’en passe, la liste pourrait être longue. Ce sont ces vêtements-là qui ne sont pas adaptés à mon corps. Quand je mets les bonnes coupes de vêtements, et les bonnes matières, je me sens féminine, je me sens dynamique, et je me sens à ma place.
  • Quand je mets les bonnes couleurs, c’est juste Waouh ! Je suis trop belle ! Même pas besoin de maquillage, j’aurais l’impression d’être déguisée (bon je peux quand même en mettre un peu si j’ai envie, mais c’est vraiment pas une nécessité…) Alors que je suis juste une fille normale, comme toutes les autres. Mais tu prends n’importe quelle fille normale, tu lui mets ses couleurs, et là : Waouh, elle est trop belle !
  • J’ai compris une autre chose cruciale : j’ai souvent eu l’impression d’être complètement nulle, trop impactée émotionnellement, pas capable de répondre de suite quand j’aurais envie de répondre du tac au tac… Et en fait pas besoin de culpabiliser pour ça. C’est ce que je suis profondément. C’est l’énergie qui traverse mon corps qui a besoin de temps et d’espace pour prendre les informations qu’il y a à prendre, les intégrer, les vivre et en faire quelque chose. Je suis comme ça c’est tout. Pas besoin de me comparer aux gens nerveux ou sanguins, qui eux peuvent envoyer sur le champ et à la demande, qui sont capables de se mettre en colère comme ça devant tout le monde, tout de suite maintenant, de s’exprimer, d’extérioriser… On est tous différents et complémentaires. Ce que je prends pour une « tare » chez moi, c’est quelque chose qui peut me donner de gros atouts de l’autre côté. Ce sont en fait les deux faces d’une même pièce. Et j’ai arrêté de me focaliser sur la face qui m’énervait.

En gros, maintenant je kiffe être moi, j’ai tous les atouts en moi pour utiliser pleinement mon potentiel et créer ma vie à l’image que je veux ! C’est pas génial ça ?

« S’accepter telle que l’on est pour vivre pleinement ce qu’il y a à vivre »

C’est le super pouvoir de la Méta.

Alors vous comprenez bien pourquoi j’ai envie de partager ça à toutes les personnes qui ont envie de vivre ce changement dans leur vie aussi !

Parce que, cherry on the cake, c’est pour moi une belle occasion de m’émerveiller que de voir une personne rayonner et être totalement elle-même et en confiance dans ses vêtements.

Es-tu prête à être celle que tu as envie d’être ? Et à le montrer au monde ? A être en mesure de décider ce que tu veux faire ? Et même à passer à l’action pour le faire ? A te séparer de ce qui ne va pas dans ton sens ?

Est-ce que tu sens que c’est vivant à l’intérieur de toi maintenant ? Ton énergie s’est réveillée ? C’est peut-être même monté en puissance ?

Si c’est le cas, c’est un super indicateur qui te donne des informations sur la direction à prendre maintenant. Sur ce, savoure cet instant précieux…

J’arrive bientôt avec la suite.

En attendant, si tu ne t’es pas encore inscrite à ma newsletter, tu peux le faire : tu reçois mes articles directement quand ils sortent et en plus je t’offre mon guide gratuit pour savoir pourquoi t’émerveiller 5 secondes par jour peut radicalement changer ta vie : clique ici !

—- Pour en savoir plus sur l’auteur de cette article, c’est à dire moi : c’est par là 🙂 —-